Nature animale

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  

 Cet après-midi, si la lumière est bonne, je vais sur le motif… »
Ainsi, dès qu’il le peut, avec son attirail de peintre, Frédéric Faye va s’immerger en pleine nature pour «prendre des notes», faire des esquisses, à la mine de plomb, au fusain, aux encres, gouaches ou aquarelles. En notes rapides, légères, vibrantes, saisies sur le vif, mais sans lesquelles leur mise en œuvre finale n’existerait pas dans les huiles sur toile. Etape fondamentale, non seulement nécessaire, mais indispensable au travail futur en atelier. D’où son importance, et, parfois même, son urgence… Ce faisant, Frédéric Faye plonge son regard dans la chair vive des fleurs, des arbres, des rochers ou des nuages, interroge la vie animale, comme autant d’éléments nourriciers de son œuvre. « C’ est par le dessin que j’arrive à comprendre comment ça fonctionne, une fleur, un animal… J’aime le toucher, l’odorat, j’aime faire corps avec la nature… » Dans ce contact premier, originel, avec le «sujet» dont il s’imprègne dans une connaissance empathique fusionnelle, l’artiste ausculte le pouls du monde. Car il s’agit bien de corps – de corps pictural – là où le corps même du peintre s’investit totalement, tous sens confondus, dans le mystérieux trajet de la perception à la création.

                                                                                                                Alice Baxter